Une sinusite peut provoquer une mauvaise odeur dans le nez.

sinusite mauvaise odeur, avoir une mauvaise odeur dans le nez, odeur et sinusiteL’olfaction assure la perception des odeurs par le nez. Elle permet également d’apprécier le fumet d’un plat et la saveur du vin par le passage rétrovélaire des odeurs.
L’anosmie est la suppression totale du sens olfactif. Seuls restent perçues les sensations trigéminales endonasales -brûlure déclenchée par l’ammoniaque ou les gazs d’échappement par exemple-.

Différentes perception des odeurs -les dysosmies-

Les troubles qualitatifs de l’olfaction peuvent se traduire de différentes façons :

La parosmie est une déformation des odeurs, le patient modifie une odeur habituellement agréable en une odeur désagréable. elle accompagne volontiers une hyposmie.

La cacosmie est la perception d’une odeur désagréable qui peut être d’origine rhino-sinusienne. La perception de cette mauvaise odeur effective présente dans l’organisme et ressentie par le patient et son entourage. Elle se retrouve dans les pathologies sinusiennes (sinusite infectieuse, aspergillose) mais aussi dans la pathologie amygdalienne, dentaire ou le reflux gastro-œsophagien.

La cause la plus fréquente des anosmies est l’obstruction des fosses nasales, empêchant la perception des molécules odoriférantes par la zone olfactive : rhinite ou rhino-sinusite, polypose naso-sinusienne avec d’éventuelles périodes de récupération spontanée ou thérapeutique.

Cause de cacosmie

L’origine d’une cacosmie est soit physiologique -rhume, sinusite- soit psychologique.

Le terme de cacosmie ne doit pas être confondu avec celui de cacostomie, qui désigne une odeur désagréable provenant de la bouche quelle qu’en soit la cause c’est-à-dire éventuellement une

  • inflammation des amygdales,

  • une bronchite ,

  • des troubles de fonctionnement du tube digestif,

  • des caries dentaires et une sinusite

  • inflammation des sinus avec ou sans infection

La cacosmie peut être liée à une sinusite chronique. On parle de sinusite chronique lorsqu’une sinusite tend à se répéter souvent -plus de trois ou quatre fois par an- ou persiste au-delà de quatre semaines. Elle peut se traduire par une simple pesanteur sur les sinus, une douleur sourde ou une sensation de nez bouché. Dans certaines formes de sinusite chronique, un écoulement purulent de germes piégés dans le sinus génère cette mauvaise odeur pour soi-même et pour les autres.
Quand l’inflammation est stoppée, l’odeur disparaît.

La phantosmie : perception par le patient d’une odeur qui n’existe pas.

Les pertes quantitatives

Ces troubles quantitatifs de l’olfaction, vont de l’hyposmie qui est une perte partielle de l’odorat jusqu’à l’anosmie ou absence totale d’odorat.

L’hyperosmie est rarissime.  De récentes études  pratiquées sur le sujet ont démontré des rapports fréquents entre l’hyperosmie et la pathologie migraineuse.

Cette hyperosmie pendant la crise migraineuse serait équivalente à une « hallucination olfactive », et ne s’accompagne pas forcement de maux de tête.

Les résultats de ces études montrent que l’hyperacuité olfactive apparait lors d’une crise migraineuse et persiste entre les crises. De plus cette sensibilité exacerbée aux odeurs pourrait contribuer à l’apparition d’une migraine.

Les thérapeutiques mises en oeuvre dans l’hyperosmie découlent de ces études.

Les causes :

La multiplicité des causes nécessite un bilan complet comportant :
– un interrogatoire à la recherche d’un traumatisme crânien récent ou d’une exposition chimique professionnelle,
– des tests olfactifs permettent de distinguer les anomalies quantitatives et qualitatives.
– un examen endoscopique peut déceler une rhinite chronique ou une polypose naso-sinusienne.
– le scanner des sinus est systématique pour compléter l’exploration des fentes olfactives et de l’ethmoïde.
– L’IRM devra être pratiquée pour rechercher des causes tumorales intra-cérébrales (méningiomes olfactifs, gliome..)

Les pertes d’odorat par anomalie du portage aérien :

La polypose naso-sinusienne : Les polypes par leur présence et leur encombrement empêchent les molécules odorantes d’atteindre la fente olfactive,

Les rhinites chroniques; Les rhinites chroniques entraînent une majoration des sécrétions de mucus sur l’épithélium olfactif, ce qui altère la pénétration des molécules odorantes vers les récepteurs sensoriels.

Les pertes d’odorat par anomalie de perception du système olfactif :

Les molécules odorantes sont captées par les nerfs olfactifs qui vont traduire un message chimique en message biologique.

Les neurones olfactifs ont une durée de vie courte, limitée à quelques mois. Ce sont les seuls neurones de l’organisme des mammifères pouvant se renouveler à l’âge adulte.

La rhinite aiguë virale: représente la première cause de perte d’odorat au monde, on évalue sa fréquence à 35% des dysosmies.

Les autres causes sont beaucoup plus rares :

  • Post-radiothérapie Toxique (métaux lourds, acide sulfurique..)
  • Médicamenteuse (exceptionnel) Pathologie rénale ou hépatique

Les pertes d’odorat d’origine centrale

L’atteinte se situe soit au niveau du bulbe olfactif soit au niveau cortical.

Les traumatismes crâniens

La maladie d’Alzheimer : les troubles de l’odorat seraient un signe précoce de la maladie.

Le méningiome du bulbe olfactif

Les autres causes sont plus rares : Maladie de Parkinson, tumeurs cérébrales, diabète, cirrhose alcoolique, hypothyroïdie,etc..

Comment savoir ce que l’on sent ?

Les chercheurs japonais ont mis au point un olfactomètre qui permet de réaliser de détection d’odeurs à propos de quelques produits odorants purs. Ces produits une fois dilués selon plusieurs degrés sont soumis à une personne chez qui on teste la sensibilité olfactive.
Ces différents produits présentent une odeur proche de celle que l’on connaît :

Le Scatole (SKA) sent l’odeur de l’étable
Le Beta-phenylethyl alcool (PEA) ressemble à l’odeur d’une rose
Le Cyclotène (CYC) a l’odeur du caramel
L’acide Isovalérique (IVA) une odeur de fromage
Le gamma-undecalactone (UND) une odeur de fruits

Grâce à différentes concentrations de ces produits on arrive à distinguer les patients présentant :

  • une hyposmie -diminution de la perception des odeurs-

  • une anosmie -absence de perception des odeurs-

  • Entre les deux il y a une échelle comporte des concentrations par définition  » normale  » que l’on appelle 0.

    en dessous de 0 hyposmique ils ne perçoivent pas bien les odeurs.

    au-dessus de 0 hyper osmique ils perçoivent plus d’odeurs que la moyenne.


30 août 2016 - 1:45

Traiter la mauvaise odeur dans le nez en soignant la sinusite

Docteur sinusiteUne sinusite et une mauvaise odeur dans le nez